• À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Voici venu le moment de la rétrospective et du bilan de fin d'année. Je vais uniquement traiter de ce que j'ai fait pour ma pomme, selon le critère : l'ai-je adopté ou non ?

    Les incontournables
    Chemise à carreaux : à rejoint la petite pile des chemises à enfiler en mode automatique le matin.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Chèche à pampilles : pendu à mon cou en permanence.
    Gilet côtes perlées : toujours au rendez-vous quand je n'ai pas envie de monter le chauffage.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Pull jacquard : une fois terminé je l'ai porté pendant 2 semaines, il faut carrément que je m'empêche de le porter pour ne pas lasser l'entourage...

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Robe Bleuet en laine : rares sont les robes que je puisse mettre en mode automatique, celle-là en fait manifestement partie.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Corsage sur mesure : comme pour la chemise à carreaux, pour les tenues gros col rond-compatibles. Je l'ai même adapté pour ma mère.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Top Bonnie : grand succès de l'été, j'en ferai peut-être une variante pour l'été 2014.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Robe violette sans manches : grand succès de l'été n°2, ça doit être le vêtement qui m'a valu le plus de compliments cette année.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Les réguliers
    Chemisier liberty asymétrique

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Grosse écharpe alpaga 

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

     Veste queue-de-pie

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

     Masque de sommeil

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Combishort Bleuet

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Robe empire noire et bordeaux

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Combishort champêtre

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Bonnet Capucine (je ne l'avais même pas montré celui-là: il est moche comme un cul mais il est très fonctionnel. Pour dire comme je le trouve laid l'autre nuit j'ai rêvé que j'avais oublié de l'enlever pour sortir ça m'a fait le même effet que ces rêves où on se retrouve en petite culotte dans la rue sans savoir comment. Je devrais me tricoter une kippa en fait. Quelqu'un a un bon patron de kippa ?).

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Robe Aubépine jaune

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Les anecdotiques
    Ont été portés de temps en temps, mais un peu trop spéciaux pour avoir envie de les porter plus souvent, sans être passables au point de vouloir les recycler.

    Jupe en velours et moumoute. J'aurais pas du faire une mini, ce n'est pas trop ma came pour le moment.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Haut beige Heather. J'aurais du me tempérer et ne pas faire ce col bizarre à l'arrière.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Chemisier à double col Pattern magic. J'aurais pas du le faire avec cette viscose qui se froisse en moins de deux et qui marque vachement la transpiration.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Combishort en voile imprimé. J'aurais pas du vivre dans le nord de la France où on atteint les 35°C une fois par an

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Trench kaki. J'aurais pas du faire une ceinture si fine, lui mettre des boutons si petits, ni le doubler avec un tissu si fin.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Tablier vert empire. J'aurais pas du naître au XXème siècle.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Jodhpur' laine. J'aurais pas du laisser tomber l'écouine.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Les bizarroïdes
    Ceux-là, je me sens un peu bizarre dedans, ce qui fait que je ne les ai pas portés du tout

    Robe bustier à smocks 

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

     Robe jaune à "col marin"

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Jupe écossaise 

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Les déjà disparus
    Haut à nœud Pattern magic

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Pantalon portefeuille

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Robe dos-nu en maille : j'avais besoin de tissu moelleux pour faire une galette de chaise, je l'ai vue qui se faisait toute petite dans un coin du placard et...

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

     
    Parallèlement, à part du renouvellement de lingerie je n'ai acheté cette année en prêt-à-porter que 2 pantalons et 2 T-shirts à manches longues.

    Plus généralement, apprendre à tricoter à été des meilleures initiatives de 2013, quelle jubilation de pouvoir réaliser ces types de vêtements inaccessibles par la couture (pour la chaleur, l'extensibilité, le choix de la texture et des motifs...)! Certes c'est lent, mais ça vient se caler dans des moments de creux que la couture ne peut occuper (trajets, télé, boulot, réunions tupperware...)

    Me mettre au patronage également. C'est passionnant, et j'espère pouvoir approfondir les premières notions de gradation que j'ai reçues. Je vais également m'efforcer de dépasser ma répugnance pour Illustrator pour voir ce qu'il est possible de faire question patronage avec ce logiciel.

    Mes conditions de vie de couturière ont changé. Après mûres réflexions relatives à la cherté de l'espace dans notre studio et à la cherté de la vie tout court à Paris quand on gagne moins que le SMIC, j'ai acheté une table pliante, une jeanette, un appareil photo qui fait qu'on voit enfin les détails de ce que je poste, ai hérité d'un fer qui fait de la vapeur (le luxe, hein :) ). Tout ça a contribué à ce que je commence à me dire que ce que je faisais pouvais être montré sans honte et à l'ouverture du blog.


  • Commentaires

    1
    fred-etc
    Samedi 4 Janvier 2014 à 17:53
    fred-etc

    Dis-donc, tu as bien travaillé cette année, bravo !

    J'adore la robe blanche dos-nu, elle te va super bien !

    D'une manière générale, j'aime bien ce que tu fais, c'est décalé, (j'espère que je ne fais pas une boulette !)

    Tous mes vieux pour 2014, plein de bonnes choses pour toi !

     

    2
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 12:16

    Pas de boulette en vue, comme j'essaye d'explorer ce qui me plaît, parfois c'est forcément un peu décalé. Mais la sagesse doit venir un peu, parce ça fait longtemps qu'on ne m'a pas huée dans la rue...

    Pauvre robe blanche, elle qui a été zigouillée pour servir de repose-fessiers quand je fais de la couture... c'est le grand cycle de la vie. J'ai un projet de robe tablier pour cette année, je saurais honorer sa mémoire.

    Bonne année à toi aussi !

    3
    Mathilde
    Jeudi 9 Janvier 2014 à 02:10
    Mathilde

    Bonjour (enfin bonsoir), je viens de découvrir ton blog ! La rétrospective de tes créas de 2013 est très intéressante ! Je trouve ça sympa de te voir tantôt sérieuse, tantôt "punchie" selon les vêtements que tu portes ! J'aime beaucoup les gens atypiques (ceci est un compliment !!!) !


    Bonne continuation et surtout bonne couture !


    Mathilde


    PS : ta robe empire bordeaux/noire et ta jupe écossaise sont superbes ! Ta robe aubépine avec ce jaune donne un très joli rendu, moi qui n'aime pas particulièrement cette couleur pour les vêtements, tu m'as presque réconcilié avec !  

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Jeudi 9 Janvier 2014 à 15:02

    Merci pour le compliment, ça fait toujours du bien !
    Je dois dire que je trouve ça rigolo de me voir punchy comme tu dis, parce que d'habitude je suis plutôt à 2 de tens'. Tu as peut-être soupçonné que je me suis inspirée de ton aubépine pour une des photos de la mienne :P

    Au fait, si jamais quelqu'un veut de cette jupe écossaise (plus de vues ici), elle est à donner.

    5
    jul
    Jeudi 9 Janvier 2014 à 16:22
    jul

    Hello ! C'est drôle, moi aussi j'ai débuté le tricot en 2013 et trouvé que vraiment, c'est un beau passe-temps, pour tous ces moments où l'on ne peut pas coudre mais que les mains ne font rien ! Et pareil, pouvoir patronner ses modèles soi-même est une belle avancée... à creuser !


    Bravo pour cette productivité, a bientôt !

    6
    Jeudi 9 Janvier 2014 à 20:46

    Oui, un pont d'or pour l'inventeur des aiguilles circulaires !

    7
    Vendredi 10 Janvier 2014 à 08:46
    sophie o.

    très beau travail cette année ! je suis aussi tentée par le patronage, mais un peu effrayée par le temps que ça prend, et j'avoue que j'aimerais avoir quelqu'un pour me l'exliquer et répondre aux inévitables questions qui arriveront !

    8
    Vendredi 10 Janvier 2014 à 14:21

    En effet pour le patronage, si ce n'est pas impossible de comprendre seul la construction des pièces, c'est profitable d'être supervisé par quelqu'un de formé histoire d'être sûr de partir sur le bon pied et de savoir "ce qui se fait".

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :